Ce forum est dédié à tous les enfants, ados, adultes et parents d'enfants DYS .


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

adulte dyspraxique : la galère, mais pas trop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bonjour !

Jeune étudiant de 23 ans, ce sont mes parents qui ont découvert ma dyspraxie après une émission du magazine de la santé sur france5.

Cette révélation les a plus touchés que moi, qui me savait différent mais avait appris a vivre avec. Depuis, j'ai fait mes propres recherches, et j'ai décidé de rejoindre cette communauté naissante.

En fait je crois que je suis atteint d'une forme partielle de dyspraxie, avec difficultés à me concentrer, à écrire lisiblement, à m'organiser et à ranger qui ont perduré jusqu'à maintenant, tout comme un mal-être en boite de nuit et une lenteur d'esprit parfois bien difficile a supporter. Par contre les problèmes d'orientation dans l'espace ont disparu avec le temps, à force de travail. (mais qu'est-ce que j'ai galéré pour le permis et le bafa !!)

Travaillant dans la biologie, j'ai eu beaucoup de mal avec l'automatisation des gestes précis qu'il faut faire en laboratoire. Mais j'y suis finalement arrivé assez bien...

Ma dernière victoire sur ce handicap est une bonne compréhension des comportements, et des attitudes à avoir et à éviter en société, ce qui va me permettre de "limiter les dégâts" dans de futures relations.

Je crois que pour moi, le plus dur est de composer avec le sale caractère que je me suis forgé pour résister, pour avancer malgré mon handicap....

Voir le profil de l'utilisateur
Merci Ronan pour ton témoignage hyper intéressant autant pour nous parents que pour nos enfants et ados qui ont une bien mauvaise opinion d eux même donc encore énormément merci pour tes écrits qui j espère vont encourager tous le monde ^^
@ bientôt

angie

Voir le profil de l'utilisateur http://dyspraxie.forumactif.org
Bonsoir Ronan

Nous avons lus avec beaucoup d'intérêt ton témoignage, plein d'encouragements pour nous parents !!!! Mon fils 8 ans m'a ainsi rappelé qu'il était indispensable que je l'aide à ranger sa chambre sinon mieux que je lui range sa chambre !!! Laughing Laughing Même avec des problèmes de repérage dans l'espace certains ne perdent pas le nord !!!! Laughing

A bientot pour une autre victoire cheers

Cathy et Mat

Voir le profil de l'utilisateur
ronan,

merci pour ton témoignage, qui m'a regonflé pour un moment !

c'est rassurant de voir que l'on peut composer avec ce handicap ! qu'avec de la volonté on arrive à beaucoup de chose !

en tout cas, tu as fait un super chemin et je suis sûre que ce n'est pas fini !

Le sale caractère, je connais bien ! (mes amis font avec !) ça n'empêche rien et du moment que tu en es conscient..... et puis, tu verras ça s'arrangera avec le temps !!! avec l'âge, on est plus posé !

bonne continuation, encore merci !

a bientôt

val

Voir le profil de l'utilisateur
Merci pour votre soutient !

J'aborde maintenant un autre sujet qui pourrait vous intéresser aussi : Je ne sais pas pour vos jeunes, mais j'ai toujours eu du mal avec mes émotions : mes parents me disaient parfois "On ne sait jamais si tu es heureux ou pas" après un cadeau, par exemple. A priori c'est plus ou moins lié a la dyspraxie, j'ai trouvé un site qui parle un peu ce ca :
http://www.centam.ca/syndrome_non_verbal.htm

Là encore, je ne suis pas un cas grave, mais ce syndrome m'a bien pourri la vie. Sans doute plus que la dyspraxie en elle même... En fait, je ne savais pas "d'instinct" ce que je ressentais. Toutes les émotions (mis a part la peur et la colère) que je pouvais ressentir me causaient un inconfort, et je gérais ca comme un stress... De la même manière, je n'avais que peu voir pas d'empathie jusqu'il n'y a pas si longtemps (moyen de défense logique, vu que j'intégrais les émotions comme un facteur de stress)... Alors comprendre pourquoi les gens sortaient ensemble, s'amusaient ensemble, ca me dépassait de loin...

J'ai fini par me rendre compte que si je comprenais la définition profonde d'une émotion, je devenais capable de la reconnaitre, et donc de la gérer. J'ai éduqué mon "sens émotionnel" de la même manière qu'on peut éduquer l'œil à différencier les nuances de couleur, et l'oreille la hauteur des sons.

Je débute actuellement une thérapie pour de me débarrasser des derniers (des premiers, en fait) séquelles psychologiques de ce syndrome... (mauvaise expression des émotions => manque affectif dans la petite enfance, avec des conséquences sur toute ma vie, scolaire et sociale).

Pour conclure, je crois que vous tous, ici, parents et enfants, vous avez la chance de pouvoir mettre des mots sur ce que vous vivez.
Moi j'ai souffert d'être différent, rejeté, sans savoir pourquoi... D'expérience je peux vous dire que connaitre la cause d'un problème c'est un tiers du chemin. Ensuite il faut l'admettre, et avoir la persévérance de la corriger.
Et cette persévérance, je la dois à ma dyspraxie : je crois que certains vont se reconnaitre dans ce qui suit : "Je sais que j'ai du mal... Mais a force de me planter, ca finira par marcher !!"

A bientôt !

Voir le profil de l'utilisateur
bonjour ronan !

et bien, dis moi, quelle galère !

donc, si je résume bien, tu as du mal à lâcher prise c'est ça ?

dans ce que tu dis, je retrouve un peu kiki, on se plaint (avec mon entourage), d'avoir l'impression que kiki, à chaque fois qu'on lui fait une remarque, se moque de nous, on se demande toujours ce qu'il cache, il ne se dévoile que très peu et il faut ruser pour obtenir des réponses sur ses agissements en classe (par exemple). et à côté de cela, il aime faire plaisir et rendre des services.

en tout cas ! BRAVO pour ta persévérance, continue, tu traces ton chemin, et quel chemin ! c'est celui que tu t'es choisi ! encore BRAVO !

Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour Ronan,
En effet ton parcours ressemble énormément à celui de mon fils et cela me rassure de te lire et de constater qu'il y a de l'espoir avec du soutien et de l'acharnement. Côté caractère mon fils est également très impulsif et il peut être colérique. J'hésite toujours à savoir qu'est-ce qui appartient à la dyspraxie, à l'adolescence ou au fait d'avoir été violenté par son père. Souvent mon fils me dit : Maman arrête de rêver le Mathieu que tu crois n'existe pas... Il oscille entre assumer et parfois il trouve le combat trop difficile alors il baisse les bras.

J'espère que je ne suis pas trop lourde. Dis-moi qu'est-ce qui t'a le plus aider de la part de tes parents?

Voir le profil de l'utilisateur
Ce qui m'a aidé de leur part ?
Je dirais leur acharnement. Même si j'ai souffert furieusement des pages d'écriture que je faisais, qu'ils aient jamais voulu m'acheter de chaussures à "scratch" etc... J'ai fini par trouver un moyen de faire tout ça. Et du coup ma dyspraxie en a été allégée, car même si je ne fais pas les choses comme tout le monde je finis par y arriver.

Ca c'est le positif. Le négatif c'est ce que je disais plus haut dans mes posts précédents , et c'est aussi ce qui va suivre : en s'acharnant comme ça, tous les 2 dans le déni et sans aucun moyen d'en sortir, car la dyspraxie n'existait pas encore, j'ai souffert psychologiquement au point de renoncer à toute forme de sentiment... Je n'avais plus d'empathie, c'est déjà dit plus haut. J'apprenais les termes chargés en émotion par leur définition. "Merci", c'est quand on fait quelque chose pour quel qu'un. "Bravo" c'est quand quelqu'un a fait quelque chose dont il peut être fier.

Hors mes parents se faisaient tellement de souci pour mon avenir qu'ils disaient "merci" (pour le bonheur que tu nous apporte parce qu'on sait que maintenant tu vas réussir ta vie) hors ce bonheur je ne le ressentais pas.

Je ne pouvais pas comprendre ce qu'ils me disaient. Eux avaient l'impression de me féliciter, moi je comprenais que je leur avait fait un joli cadeau... Quand ils me disaient "On en a jamais douté" pour eux ça voulais dire "on y a toujours cru parce qu'on t'aime" moi j'entendais "c'est normal que tu y arrives".

Comment être fier de quelque chose de normal ? Ca m'a poursuivi toute ma scolarité. Chaque année je me battais un peu plus pour essayer d'écrire lisiblement des copies de plus en plus longues. Chaque année je devais compter un peu moins sur ma mémoire et un peu plus sur mon intelligence, je devais me concentrer 2 fois plus que la normale en cours pour le comprendre, pour ne retenir que le strict nécessaire. Après 3 ans de prépa j'ai encore eu droit à un "Merci, on en avait jamais douté"... (et un voyage de 3 semaines aux états-unis tous frais payés)

A cause de la dyspraxie et de l'incompréhension de mes parents, je ne comprends rien aux relations complexes, et depuis 6 mois que je suis (de loin en loin) ce forum, j'ai à peine évolué dans ce domaine, parce que personne ne me comprend. Quand je fais face a un comportement émotionnel qui me semble pas cohérent, avec des mots qui ne correspondent pas à leur définition, je demande pourquoi aux gens, afin de mieux comprendre et de savoir quel attitude adopter.

Aujourd'hui j'ai eu mon diplôme d'ingénieur, et quand mes parents m'ont appelé, je leur ai demandé pourquoi ils me disent merci, et pas bravo, que je travaillais pour moi pas pour eux qu'il fallait me féliciter... Ils m'ont raccroché au nez. Je n'ai pas compris ce qu'ils me disaient, et j'ai fait du mal à mes parents sans le vouloir, conclusion, alors que je devrais être super joyeux pour mon diplôme, j'en souffre...

Saloperie de maladie !!!!!!!!!!!!!!!!

Voir le profil de l'utilisateur
Salut Ronan !!

Félicitations pour ton diplome cheers cheers

Tu n'as pas rien compris !! et tu as raison, tu travailles pour toi et ton diplome, tu ne le dois à personne d'autre !!! Ta perseverance à finie par payer Laughing Laughing

Je pense que tes parents sont très fiers de toi, en fait le merci est pour le cadeau que tu leur à fait en ayant ton diplome Laughing Laughing

Dys ou pas, les sentiments, c'est compliqué, l'important est d'en avoir meme si ce n'est pas les bons Very Happy

Tu es comme mon fils Pourquoi ???? et toujours pourquoi ???? Est il vraiment important d'avoir une réponse ?? et la question est : es tu vraiment intéressé par la réponse ???

Maintenant, il faut arrêter de penser à s'en retourner le cerveau et tu vas nous faire le plaisir de fêter dignement cette heureuse nouvelle !!!

Gros bisous

Cathy

PS : Trinque à notre santé !!!! ( avec modération Very Happy Very Happy )

Voir le profil de l'utilisateur

10 ce que tu resens c 'est normal le Ven 1 Juil 2011 - 9:27

Les dys n'ont pas la même perceptions des sentiments et se sentent dans un mal être perpetuel c'est neurologique .......... par expérience avec mes enfants j'essaye de trouver les bons mots je dis bien j'essaye car c 'est très difficile encore pour moi de me mettre à la place de mes enfants Crying or Very sad

Les parents ne sont pas simple nous voulons le meilleur pour nos enfants et nous mettons l'échelle très haute car nous croyons en vous et nous sommes certains que vous nous comprenez dans nos actes ou nos paroles.

Exemple de ces derniers temps pour mon fils de 15 ans il a décidé de redoubler sa seconde car sa moyenne atteignait a peine les 10, nous en avons parler et je lui ai fait comprendre qu'il avait eu une bonne réflexion, je suis très fiere de son choix car comme lui je penses que ce doublement lui sera favorable mais je sais qu'au fond de lui c'est en fait un echec .... compliqué hein ?

Les paroles sont comme les écrits sont des visions differentes, voilà pourquoi tout est compliqué dans votre scolarité et dans votre vie quotidienne


Voici le lien d'un blog que je trouve vraiment explicite:





Bon courage ^^

Cricri




Voir le profil de l'utilisateur http://dyspraxie.forumactif.org
tout à fait !!!

félicitation pour ton diplôme !

l'important, à mon avis c'est que tu sois content de toi !

que tout cela est compliqué........ en tant que maman je dirai comme angelesse, et j'ajouterai que malheureusement (ou heureusement) le parent parfait d'éxiste pas ! personnellement, pour mon fils, je veux qu'il ai la vie qu'il ai choisi, en même temps, je ne veux pas être responsable de son mauvais comportement (et oui, ça me rappelle que j'ai fait du mauvais travail....)

comme tout parent j'aime mes enfants et je souhaite qu'ils soient heureux. mais je suis souvent à côté, je dis des choses, fait des choses... que je ne devrait pas. c'est peut être moi qui ai traumatisé mon fils...... va savoir ! tant pis ! le mal est fait !!!j'ai fait comme j'ai pû avec les bagages que mes parents m'ont laissés, hérités eux même de leurs propres parents........

on fait des choix dans la vie et on en est responsable. il ne faut pas mettre cette responsabilité sur les autres, c'est trop facile ! on vit pour soi et pas pour les autres ! tu as fait des choix car tu le voulais, personne ne t'as forcé ?! même si parfois on est obligé d'aller sur des routes qui sont difficiles, et nécessaires pour arriver sur la route de briques dorées et qu'est ce que c'est gratifiant quand on y arrive ! attention, cela reste mon avis personnel, et il ne te convient peut être pas.

je te souhaite un bonne continuation sur la route que tu t'es tracé. ha oui, tu peux apprendre le "lâché prise", c'est pas facile mais quand on y arrive......... ! (la sophrologie, la micro kiné.... ça aide aussi ! mais il faut tomber sur les bons !)

bonne soirée ! bizzzz ! à bientôt !

flower sunny geek afro Smile Razz Very Happy Surprised sunny albino cheers cheers cheers cheers cheers cheers

Voir le profil de l'utilisateur
Merci pour vos réponses et pour votre soutient... C'est vrai que je suis loin d'imaginer ce que peut être la vie de parent......
En effet, moi je n'ai plus qu'a continuer sur le chemin que je me trace, et allons-y gaiement Smile

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum