Ce forum est dédié à tous les enfants, ados, adultes et parents d'enfants DYS .


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Alexandre, dyspraxie et espace temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Alexandre, dyspraxie et espace temps le Mer 19 Nov 2014 - 23:30

lorsque mon fils était enfant, il était d'une lenteur incroyable pour tout. Pour entrer, sortir de la voiture, s'habiller, écrire... Lacer ses souliers et attacher le bouton du pantalon, j'avais laissé tomber en désespoir de cause et pendant longtemps je prévilégiais les scratchs et les tailles élastiques. A l'âge de 5 ans, je lui ai appris à faire du rollers, vélo sans petites roues et cours de natation. Il a vite appris, en même temps je ne lui ai pas laissé le choix, j'avoue même l'avoir menacé de lui scotcher les rollers aux pieds, compter jusqu'à trois pour qu'il sorte plus vite de la voiture pale .
A la grande section de maternelle, un accompagnateur a été désigné. Lorsque je l'ai rencontré, il m'a montré les dessins d'alexandre, étonné de leur maturité qui, d'après lui était d'un enfant de 8 ans et de son vocabulaire, qu'il ne trouvait également pas courant.
Alexandre est passé à la grande école où sa lenteur était la cible de certains. Je lui ai appris à lire en fabriquant des cartes et en adoptant la méthode brechet et il a su lire couramment en un mois.
C'était l'époque des pokémon et il y en avait un qui s'appelait "ramolo". l'un de ces copains de classe l'avait renommé "alexandre". J'en ai parlé à Alex qui m'a dit que cela lui était égal. Je lui ai démontré que personne ne devait l'humilier et que s'il ne faisait rien, il aurait toujours à combattre les imbéciles. Je n'ai jamais su ce qu'avait fait alex mais ça a été terminé aussi sec.
Je pense qu'il a du se battre plus que la moyenne et s'endurcir. En même temps, il a toujours eu cette qualité de coeur qui a fait que les amis de maintenant sont les mêmes que ceux de la maternelle.
A 8 ans, il a fait de la boxe et a enfin réussi à se servir assez correctement de ciseaux.
A 10 ans, la maîtresse me convoque et me parle d'alexandre, de ses connaissances générales qui la fascinent puis la sur la lenteur qui revient encore et encore. No
Un jour je tombe sur un article parlant de surdoués et de test bounce  Je téléphone en expliquant : les lacets, les boutons, la lenteur, la vivacité d'esprit et en lui demandant un rendez-vous non pour m'entendre dire "votre enfant est surdoué" mais pour mettre le doigt sur le problème et savoir comment le résoudre.
Le résultat tombe : un QI de 130 avec un écart entre la gestuelle de 40 points dyspraxie et espace temps scratch
Elle m'indique une psychomotricienne avec laquelle je prends rendez-vous et avant cela je vais voir la maîtresse pour lui monter le résultat où elle m'avoue qu'ils ne sont pas formés à détecter ce genre de problèmes, tout au plus la dyslexie Evil or Very Mad
La psychomotricienne est étonnée qu'alexandre sache faire des rollers et du vélo. Ben, une fois qu'on sait en faire on ne doit plus réfléchir à son équilibre, non ?
A 11 ans, il passe en 6ème et là, gros clash de la maman avec la prof d'histoire qui faisait prendre à la volée des notes dont alex était incapable et à qui j'expliquais qu'il fallait procéder différemment avec alex qui ne notait que quatre lignes alors que les autres avaient la page pleine, que ce n'était pas sa faute et si elle pouvait soit lui faire passer un classeur complet ou des polycopies.
A 16 ans, il souhaite travailler pendant les vacances et un ami accepte de le prendre dans les travaux publics. L'école l'ennuie et cette expérience lui ayant plu il refuse d'aller au lycée et veut partir en BEP gros oeuvre.
Sa scolarité se passe bien, sans qu'il fasse grand chose, il a de très bonnes notes.
A 18 ans, il réintègre une filiale normale et se lance dans un BAC STI génie civil, où il passera deux ans à s'amuser  Mad  et donc il rate son examen.
A 20 ans, il se lance donc dans le travail mais la dypraxie est toujours là et fait croire souvent à un manque de motivation ou d'émotion. Je lui dis parfois qu'on a l'impression qu'il pourrait faire quelque chose d'abominable sans que sa pression sanguine ne monte d'un cran  affraid
A 21 ans, la crise est là et il a l'impression qu'il ne pourra pas trouver sa place dans le bâtiment, qu'il ne leur ressemble pas et il perd patience à ce qu'on lui donne sa chance de prouver qu'il est capable. Il revient un soir en me disant "j'ai pris les papiers pour entrer dans la gendarmerie" et donc il s'en va en formation où il se fraye un chemin pour arriver au but et termine sa formation honorablement.
A 23 ans il repasse son bac en candidat libre et n'ayant trouvé aucun soutien scolaire, je lui procure les livres scolaires nécessaires, il le prépare seul. Il le rate au rattrapage de 20 points mais est philosophique "je suis assez content car en étant scolarisé je n'avais pas été au rattrapage".

L'année 2015 sera l'année où il représente son bac et le concours de sous officiers.  flower

Il est toujours bordélique au possible et je ne crois pas que cela changera mais la bonne nouvelle c'est qu'en vieillissant son calme passera pour de la sagesse  lol!

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum