Ce forum est dédié à tous les enfants, ados, adultes et parents d'enfants DYS .


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'origine de la dyspraxie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 L'origine de la dyspraxie le Lun 26 Jan 2009 - 9:19

Inconnues à ce jour, les recherches et témoignages se retrouvent chez les prématurés, et en cas de traumatisme crânien.Certaines zones du cerveau, impliquées dans l'apprentissage, sont non fonctionnelles. La dyspraxie est considérée comme développementale, c'est-à-dire sans identification pécise .Les dyspraxies chez l'enfant ont fait l'objet d'études cliniques approfondies qui les placent comme des entités à ne pas négliger et à étudier avec le plus grand soin de par les conséquences qu'elles peuvent avoir sur l'ensemble des apprentissages mais aussi dans l'équilibre émotionnel et l'adaptation sociale. En effet, certains troubles du langage, certains troubles d'apprentissage et d'acquisition de la lecture et de l'écriture, certains troubles du raisonnement logicomathématique s'accompagnent de dyspraxies de développement.
Selon la CIM10 (classification OMS), une dyspraxie est un trouble spécifique du développement moteur dont la caractéristique esentielle est une altération du développement de la coordination motrice non imputable entièrement à un retard intellectuel ou à une affection neurologique spécifique congénitale ou acquise.


Les Symptômes possibles sont des troubles du développement moteurs : lenteur, maladresse, difficulté à exécuter des mouvements volontaires et coordonnés dysgraphie
troubles oculaires (occulomoteurs)
troubles de la parole : dysarthrie
troubles du comportement
troubles orthophoniques (pseudo-dyslexie entrainée par la dyspraxie
troubles logico-mathématique : problèmes de séquences, difficulté à se positionner dans le temps... dyscalculie

Bien qu'il s'agisse d'une altération de la capacité à exécuter de manière automatique des mouvements déterminés, en l'absence de toute paralysie ou parésie des muscles impliqués dans le mouvement. Le sujet doit contrôler volontairement chacun de ses gestes, ce qui est très coûteux en attention, et rend la coordination des mouvements complexes de la vie courante extrêmement difficile, donc rarement obtenue.

Il y a de nombreux types de dyspraxies, d'après quelques ouvrages à ce sujet , la dyspraxie est le sommet d'une grande famille qui se compose de plusieurs branches (dysgraphie , dysorthographie , dysphasie, dyslexie , dyssarthrie ect .......)


Par exemple, la dysarthrie est une dyspraxie concernant l'articulation de la parole.

La dyspraxie est un handicap peu connu, qui concernerait pourtant 3 % à 6 % des enfants. Contrairement à ce que nous pouvons penser, trois quarts des enfants qui sont atteints de ce handicap ne sont pas diagnostiqués. Elle passe souvent inaperçue, car invisible, mise parfois sur le compte d'un retard intellectuel ou de la mauvaise volonté.


Dans les symptômes possible les premiers étant :

Troubles du développement moteurs : lenteur, maladresse, difficulté à exécuter des mouvements volontaires et coordonnés
dysgraphie
troubles oculaires (occulomoteurs)
troubles de la parole : dysarthrie
troubles du comportement
troubles orthophoniques (pseudo-dyslexie entrainée par la dyspraxie)
troubles logico-mathématique : problèmes de séquences, difficulté à se positionner dans le temps...

et certainement d'autre que nous ne connaissons pas encore , les recherches continuent à s'effectuer notamment au Quebec qui est plus avancé que l'Europe sur cet handicap invisible et neurologique .

Un diagnostique sous forme de bilan peut être fait par un neurologue, un neuropsychologue, un médecin scolaire, un psychologue, une équipe pluridisciplinaire, etc.
Le diagnostic doit être fait de préférence par un centre référent. Il est posé lors d'un bilan neuro-psychologique complet généralement réalisé en centre hospitalier. Le suivi de l'enfant est réalisé par un neuro-pédiatre.

Quand le diagnostique est confirmé un suivi est de longue haleine car il nécessite une prise en charge. Généralement psychomotricien ou ergothérapeute sont les reéducateurs de première instance. Il convient après selon les résultats des bilans (orthophoniques, neuro-visuels) de compléter (sans surcharger) car les dyspraxiques ont une très grande fatigabilité ,pour améliorer leurs situations.


source : wiki et dyspraxie.fr

Voir le profil de l'utilisateur http://dyspraxie.forumactif.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum